Page d'accueil OSSTF/FEESO

Nouvelles · Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes

Update

 
Nouvelles

Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes

6 decembre 2018 — Dans l’après-midi du 6 décembre 1989, un homme prétendant « lutter contre le féminisme » a transporté un fusil à l’intérieur de l’École Polytechnique de Montréal, où il a pris pour cible et assassiné 14 femmes pour la simple raison qu’elles étaient des femmes. Dix autres femmes ont été blessées dans cette attaque, plus connue sous le nom de Massacre de Montréal. 

Désormais chaque année, le 6 décembre est observé comme Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes. Nous rendons hommage aux vies des victimes du Massacre de Montréal et nous nous souvenons de toutes les femmes qui ont perdu la vie ou qui ont été victimes d’actes de violence fondée sur le sexe. C’est également une occasion pour nous de renouveler notre engagement à passer à l’action. 

« Vingt-neuf ans après le Massacre de Montréal, la violence fondée sur le sexe, le harcèlement sexuel et l’agression sexuelle affligent toujours les femmes dans leur milieu de travail, à leur domicile et même dans les lieux publics, » a déclaré Harvey Bischof, président d’OSSTF/FEESO. « C’est pourquoi nous devons travailler afin de maintenir le dialogue et de constamment condamner tous les comportements inacceptables des hommes envers les femmes. Les membres d’OSSTF/FEESO ont toujours occupé un rôle actif, à l’intérieur et à l’extérieur de la salle de classe, dans la création et la promotion du dialogue sur la violence liée au genre. »

« Aujourd’hui, les membres d’OSSTF/FEESO de tout l’Ontario participeront à des activités afin de rendre hommage aux victimes du Massacre de Montréal et à toutes celles de la violence fondée sur le sexe. Ils continueront à œuvrer auprès des élèves, tout au long de l’année scolaire, afin de promouvoir l’égalité entre les sexes, de défier le sexisme et la misogynie et de prévenir la violence à l’égard des femmes et des filles », de conclure Harvey Bischof.  
 

Partager Cette Page